Dossier pédagogique NWB


No Way Back

De Milan Emmanuel

Une production de cie «No Way Back», en coproduction avec le Centre culturel Jacques Franck, en partenariat avec Lezarts Urbains, L’Espace Catastrophe, Le Théâtre de Poche et avec le soutien de la cie Victor B. du Ministère de la Communauté française Wallonie Bruxelles – Service de la Danse.

 

  1. 1.   Le Spectacle
  2. 2.   Pourquoi le Hip-Hop ?
  3. 3.   Thèmes traités dans No Way Back
  4. 4.   Quelques pistes d’animations et échos du spectacle dans les différentes matières scolaires
  5. 5.   Textes de No Way Back
  1. 1.   Le Spectacle :

Le spectacle No Way Back a été conçu pour un public de 10 à 18 ans. Il peut également se jouer en « tout public ».

No Way Back évoque la grande mécanique magique de l’évolution.
Ce spectacle tissé de malices et d’effets de styles, à l’image du hip hop qu’il défend, suggère que la complexité du monde actuel est le fruit des apports de nos millions de créativités et ingéniosités additionnées, chacune à leur manière depuis l’origine des temps.
Et malgré les aberrations de ce monde, aucun retour en arrière n’est possible.
Il faudra donc inventer, au péril de notre imagination et de notre technique.

No Way Back est le fruit d’une pensée composite, qui nous fait dériver dans un monde de rêves, de sensations, de sons et de mouvements bruts, rien que pour le plaisir des yeux et des oreilles. Un jaillissement d’énergie positive à travers les figures puissantes et marrantes de la danse hip hop, que rythment un flow de beats boxés et de groove à la basse électrique.

  1. 2.   Pourquoi le Hip-Hop ? 

C’est un langage universel compris par tous les jeunes de la planète que soit leur âge, leur origine, leur langue ou leur culture. On n’y est reconnu que par ses actes et ses acquis ; il n’y a aucun moyen de triche ou de pistonnage et chacun peut y forcer le respect par ses compétences propres.

Le Hip Hop part des pulsions pour aller vers l’individualisation, chaque danseur ayant la possibilité de magnifier son expressivité personnelle, de devenir son propre super héros.

La culture hip hop est aujourd’hui sortie des quartiers pauvres et concerne l’ensemble de la jeunesse. De plus en plus pratiquée par le grand public, elle subit des transformations esthétiques. Pratique amateur née dans la rue, la danse hip hop va connaître une mutation importante avec une progressive

professionnalisation et un accès à la scène.

C’est une culture populaire qui regroupe la musique (rap, DJ-ing, beatbox), la danse et le graffiti. Ces modes d’expression artistique existaient séparément avant la création du mouvement hip hop. Réunis dans les années 70, ils donnent naissance à un réel état d’esprit qui a ses propres codes : ses valeurs, ses attitudes, son style vestimentaire…

La danse hip hop puise ses influences, entre autres, dans la danse africaine, mais aussi la capoeira ou la salsa.

Les night-clubs vont être le lieu d’échange des différentes cultures. Les jeunes vont préparer leur pas et les mettre à exécution lors de ces soirées. Un style de danse mélangeant la danse et le combat va naître : le UpRock. Puis les jeunes danseurs vont continuer à développer leur danse et commencer à passer au sol, avec des pas circulaires, des glissades sur le dos, des rotations sur la tête…

Née dans les années 70 au coeur du Bronx avant de s’étendre à Brooklyn, au Queens, à Long Island et au reste des États-Unis, la culture hip hop a longtemps été le moyen d’expression d’une communauté minoritaire, tentant de proposer une alternative pacifique à la violence et au sentiment d’exclusion et de frustration qui dominaient alors dans ces quartiers. Afrika Bambaataa, ex-membre du gang des Black Spades, assiste à l’agonie de son meilleur ami, assassiné au cours d’une bagarre entre quartiers. Prenant conscience de l’inutilité d’une telle violence, il décide de fonder avec des amis musiciens une “nation” pour lutter contre la misère et la violence. En 1974, il institue la culture hip hop à travers la Universal Zulu Nation avec pour slogan « Peace, love, unity and having fun ! Knowledge and Truth ! »

(Paix, amour, unité et distraction ! Connaissance et vérité).

 

  1. 3.   Thèmes traités dans No Way Back :
  • L’évolution
  • Le temps
  • La différence
  • Le sentiment d’appartenance
  • La communication
  • Les modes de vie
  • La société de consommation
  • Exclusion ou intégration
  • Les rapports de force
  • Déterminisme ou liberté
  • La créativité personnelle

No Way Back se veut résolument positif en ouvrant la possibilité d’un monde nouveau. Non pas en retournant en arrière (No Way Back) car cela n’est pas possible, mais en se réinventant. Il met l’accent sur l’évolution personnelle car en se changeant soi-même, on influe sur ce qui nous entoure et on change une part de la société.

Les thèmes y sont traités de manière sérieuse mais légère et décalée, offrant une approche ludique à la réflexion et à l’analyse d’œuvres artistiques abstraites.

 

  1. 4.   Quelques pistes d’animations et échos du spectacle dans les différentes matières scolaires :

No Way Back permet de développer de multiples pistes pédagogiques qui peuvent être explorées par les enseignants de différentes disciplines:

  • Sciences: Etude du concept de matière. Qu’est-ce que la vie? L’évolution des espèces? Qu’est ce qui nous différencie des autres animaux? L’hominisation. Introduction à l’épistémologie: histoire des théories scientifiques, critiques et hypothèses.
  • Religion et Morale: Big bang et créationnisme. Foi et raison: niveaux de compétences réciproques. Individualisme de notre société, déshumanisation de l’homme. Impact du développement des technologies sur notre mode de vie. Relations humaines. Liberté ou esclavage.
  • Langue Française : Poésie au travers de l’écriture Hip-Hop. Etude des figures de style: analogie et métaphore. Raisonnement logique versus opération artistique. Organisation d’un atelier de slam. Eveil au processus de la création: comment transposer une émotion, trouver des idées, développer un point de vue, ménager des transitions…
  • Musique : Rythme et sonorités vocales via le beat-boxing. Trouver et placer sa voix. Prendre sa place dans la symphonie des personnalités avec sa mélodie propre.
  • Education physique : Ateliers breakdance , danse Hip-Hop, gymnastique, acrobatie.
  • Histoire, Sciences Humaines ou Etude du Milieu : Origines du mouvement Hip-hop, industrialisation et création des premiers grands centres urbains.
  • Théâtre : Conscience de l’espace scénique, équilibre de plateau. Scénographie: création des costumes et décors, utilisation de la lumière. Conjugaison de différentes disciplines (danse, musique, poésie) dans un même spectacle.

 

  1. 5.   Textes de No Way Back

 

LES ROBOTS

 

Génération clic clic génération clinique

Experte en tout type de médoc ainsi qu’en drame psychologique

Génération clic clic génération clinique

A l’heure des multiples séismes on oublie le pire c’est chronique

Génération clic clic / Génération Clinique

 

Les Blasés sont heureux d’l’être  j’fait mes lettres de RAP,

J’envoie les moutons paître   la star ac c’est rappé

J’te l’dit comme ça tu l’sais le show biz  RAB

Je puise du fond de mon être ces rimes soldées au rabais

Tout en un tout ou rien, rien à revendiquer

Un pour tous, tous pour un dans le bêtisier

Tout plein de boute en train court comme des dératés

Toujours seul car à qui se fier sur ces chemins ramifiés

Chacun trouve sa place selon son pédigrée

Dans ce défilé d’automates dépités

Quitte à s’aliéner on alimente le  PIB

Sans cesse en quête d’acte utile et pas d’futilité

Esclave d’addictions devenues de première nécessité

Un système nerveux à gérer  gare au bilan d’santé

Gare au bilan d’santé….

 

Génération clic clic génération clinique

Génération mélancolique d’anémique amnésique cyclique

Génération clic clic génération clinique

Nos mots goute le cynisme on oublie pas d’être prolixe

 

Dans le brouhaha Par tous les moyens dérivés

Non stop en train d’avancer

Bien décider à débiter les tabous les yeux bandés

Abruti mais pas borné simplement à bout de douter

des sentiers tracés vaut mieux pas s’écarter

vaut mieux pas s’écouter on pourrait s’réveiller

Sous contrat sans avoir signé dans la tiédeur d’une cage dorée

 

Génération clic clic génération clinique

Experte en tout type de médoc ainsi qu’en drame psychologique

Génération clic clic génération clinique

A l’heure des multiples séismes on oublie le pire c’est chronique

 

RAP NO WAY BACK

Quand la roue est  lancé on ne peut plus la stopper, chaque pas compte no way back

Cessons les gros dégâts stoppons les faux débats cette fois y a le feu au lac

On joue nos vie en playback, tous les jours on a l’trac, plus l droit aux faux départs

qui veut gagner des millions qui remporte kohlanta, qui sera la nouvelle star

Malaise interne chute de l’empire

Marcher au pas Echapper au pire

Expirer naitre voir clair mourir

On aime tous  un peu s’autodétruire

on va droit dans le mur même si  derrière y’a l’univers

on s’agite on danse, on se met la tête à l’envers.

bois donc ta soupe populaire tire pas ta moue d cocker, alors qu’on troue la terre a grand coup d bulldozers

on noie les coups de colère a grand s coup d’bols d’air  ici c’est coups de poker, attention foudre tonnerre, disparition des  ours polaires

faut -il tout foutre en l’air ???

Trop de coup de bourre trop de coup de barre désolé de ne pas être un code barre tu ne peux pas me scanner,

trop d’bouche trou, trop d’trou d’balle  trop d’coup bas,  trop de coq de combats forcés,

trop de fourretout, trop d’ sous d’table,  Trop d’ goulags,  trop de trocs tronqués

Trop de série B,   trop laserisé trop d’série Z, trop d’espèces menacées…

On trace tout droit dans nos couloirs, chacun milite pour sa victoire

c’est le foutoir, le trou noir, le goulag la douche froide, bon courage

y’a trop d’fusée à cuba, Trop d’nouba à Dubaï, donc good bye, c’est le raz de marée,

on va droit dans le mur même si  derrière y’a l’univers

on s’agite   on danse, on se met la tête à l’envers

Ce qui est fait est fait ce qui est fait n’est plus à faire

En marchant à reculons peut-on toujours faire marche arrière

Pulsion passion dûment canalisé / grosse pression crûment banalisé / Education pulsion  y’ a pas compatibilité arrêtes de culpabiliser  arrêtes la comptabilité

Tout Tout Tout faire pour se placer, tout faire pour rester dans la course au flouze, des claques dans la bouche, la langue brûlé, on clash dans la bouze,

Tout Tout tout faire pour naviguer dans tous les pôles d’activités on taff dans la loose faites tourner SVP on claques de nos blues

Allez-y les biquets, Libérez les mickeys, plantez bien les piquets  mettez tout le paquet

Quand la roue est  lancé on ne peut plus la stopper, chaque pas compte no way back

Cessons les faux débats   stoppons les  beaux ébats l cette fois y a le feu au lac

lâcher les voiles, prendre le vent fendre la dune

nager à contre-courant relever des ruines de pierres qui fument…

L’équipe de « No Way Back » est toujours ravie d’organiser des ateliers et des rencontres en parallèle avec les représentations.

 

Chorégraphe-Metteur en scène : Milan Emmanuel
Danseurs : Milan Emmanuel, Youri Garfinkiel, Julien Carlier, Yassin Mrabtifi
Musiciens : Benoit Vrelust, Gaspard Herblot
Conseiller artistique : Jean-Michel Frère
Répétiteur danse : Samuel Faveyst
Répétiteur musique : Olivier Colette
Création lumières : Xavier Lauwers et David Coppe
Ingénieur son : Antoine Thonon
Costumière : Patty Eggerickx
Réalisation des costumes : Mélanie Chauprade, Clara Lejeune